Commerce de centre, commerce de zone périphérique

Comme il y a débat sur les projets de lotissements, il y a débat sur les dossiers de zones commerciales. En jeu, la paupérisation du centre ou sa transformation en zone touristique, l’artificialisation des zones encore vertes, le renforcement du poids des grands groupes qui pèsent fort sur l’existence des producteurs locaux et la destruction du lien social qui s’était construit dans les centres, bours, urbains…

Un article du Canard Enchaîné (19 juillet 2017)  revient sur l’inflation en matières de centres commerciaux : 78 alors qu’il y en a déjà 807 en France : le plus dément était celui d’Europacity près de Roissy (80 hectares de bonnes terres bétonnés pour 500 commerces sur 230 000 m2 de surface de  vente). Mais plus près de nous, Albi est également épinglé (Portes d’Albi  – près de 17000 m2 autour de Leroy-Merlin) qui prend la place d’une ferme aux bâtiments XVIIIe siècle) avec langue de bois de la maire « nous travaillons à maintenir le tissu commercial de notre centre ville. »

Pour en prendre la mesure, allez-voir ces deux sites qui analysent le tissu commercial d’Albi : le premier https://albicentreville.wordpress.com/  propose des chiffres,  des cartes, des photos qui sont un diagnostic et un constat implacable.

L’autre est édité par l’ Association Albigeoise pour un Développement Urbain Respectueux  http://associationalbigeoisepourundeveloppementurbainrespectueux.unblog.fr/a-suivre/

Lire  également en anglais l’article du New-York Times.

Comme dans toutes les communes de France, deux arguments « imparables » sont mis en avant : « nos concitoyens en veulent » et  » si ce n’est pas fait ici, ce sera ailleurs ; alors autant que ce soit ici ».  On parle création d’emplois (sans compter ceux qui sont détruits ailleurs), retombées fiscales. On déroule le tapis rouge (le vert a disparu) : aménagements, facilités. Puis, on sollicite l’aide de l’Etat pour essayer de sauver le commerce de centre-ville qu’on a laissé mourir en organisant sa concurrence.

 L’urbanisme commercial n’est plus qu’une affaire comptable (l’environnement étant mis de côté (voir le projet de pistes de ski à Europacity) ou mobilisé  comme cache-misère). Ce qui est le plus grave, c’est que les arguments »humains » disparaissent : ce qui est dit même par le patron des Monoprix (groupe Casino, lui même fauteur de grands centres commerciaux) : « les centres commerciaux de périphérie contribuent à la destruction du lien social »  (le Figaro, cité par le Canard).

De plus, les centres se cannibalisent et entraînent dans leur déclin tous les commerces qui sont venus se coller à eux et qui finalement n’ont pas les moyens de changer de pied, de repartir comme les grands groupes financiers.

A Saint-Antonin, nous n’avons pas de « grand » centre commercial : mais il est en périphérie et ne cache pas sa volonté d’offrir toujours plus de services, même si c’est au détriment d’autres activités déjà implantées. Les deux « super » sont de la même enseigne, ce qui est surprenant puisque la concurrence, du coup,  n’est pas possible (interrogés, les services de l’Etat nous ont demandé « à nous » de faire  la preuve qu’il y avait entrave à la concurrence puis n’ont plus donné signe de vie).

La commission « commerce » de la municipalité pourrait se pencher sur ces problèmes d’équilibre  (autant le commerce touristique se porte bien, autant le commerce de tous les jours pose des questions) ; si la disponibilité des fonds et des magasins (convoités par les marchands du temple) est limitée, il reste le recours aux camions-magasins qui pourraient accéder au centre bourg (en attendant de pouvoir se stabiliser dans un local en dur). 

Encore faut-il pouvoir en parler ! La grande distribution contrôle tous les niveaux du commerce (y compris le bio –  très rentable) : elle s’accommode fort bien des marchands du temple qui apportent le pittoresque, font venir les résidents secondaires qui ensuite deviennent ses clients. Elle pèse économiquement et politiquement très fort. Nicolas Hulot est contre le projet d’Europacity : pourtant le projet se fera très certainement…