Fête des battages : images d’après-midi

Une réussite sous un soleil retrouvé…

il y avait des tracteurs, de machines agricoles, des vieilles voitures, un cheval pour le moulin à huile de noix, des chèvres angora, des vaches, des chapelières, des artisanes et des artisans… J’en oublie. Mais on ne peut pas ignorer le regard des enfants, l’émotion de certains anciens, l’étonnement des citadins. Bref, le monde paysan d’avant (d’avant la mutation actuelle) avait la cote.

On pouvait pas oublier qu’il était synonyme de peine, mais aussi de solidarité, d’entr’aide. Monde dur, mais l’agro-industrie d’aujourd’hui ne l’est-elle pas aussi à sa manière ?  Merci aux organisateurs de la fête.