Bien commun

Vieille notion, le bien commun (qu’il ne faut pas confondre avec les communs d’un terroir dans un village-, prend de plus en plus d’importance avec la crise environnementale.

Pour faire comprendre ce qu’est un bien commun, prenons comme exemple : le paysage, la vue. Les rives, la rivière, appartiennent à des propriétaires privés: pourtant le paysage appartient à tout le monde : c’est un bien commun.

Pour entrer dans le fond de la notion; voyez ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Bien_commun

Pour un exemple concret : voir un extrait de cet article de la Dépêche

Par ailleurs, le décor d’une rue, le silence ou au contraire l’animation… tout ceci touche à la notion de bien commun qui peut être en contradiction avec le droit de propriété. Ce qu’on appelle l’urbanité, c’est la façon de concilier ces attentes différentes pour trouver un accord.

Question centrale : qui définit ce qu’est un bien commun ?

Autre question : comment gérer les différents entre ce qui relève de la sacro-sainte propriété et de l’appropriation commune ?

Déterminer ce qu’est un bien commun, ce n’est pas seulement vouloir  en profiter, c’est aussi s’impliquer pour que cette richesse commune soit préservée, donc entretenue et aussi transmise (notamment aux générations à venir et aux visiteurs qui frappent à la porte de la collectivité).