Course de côte et descente sur l’eau : qui est [citta]slow ?

16 août : l’un des concurrents s’en va !

La course de côte du 15 août apparaît de plus en plus anachronique dans un monde soucieux de qualité de vie, de l’air, du bruit…

Surtout dans une commune qui est labellisée cittaslow, qui se targue de développer le slow tourisme. Je n’ose imaginer le degré de pollution engendré par ces moteurs dopés. En tout cas, le bruit insupportable des voitures revenant après leur « performance » vers 18 heures était exaspérant. Un passant faisait le lien avec la testostérone (comme les motards qui font pétarader leur cylindres dans les rues pour affirmer leur existence ou leur virilité).

En regard, les canoës-kayaks sont bien plus paisibles ; les navigateurs jouent, rient… Un autre monde.

(la seule pollution, ce sont les camionnettes qui remontent les bateaux en utilisant les chemins de promenade. Un jour peut-être, ils seront plus discrets, électriques ? Il est vrai que quelle que soit l’activité humaine, elle crée des désordres. Mais entre l’Alpine Renault, la barquette qui vrombit et la barque, c’est pas tout à fait pareil !

 

Annexe

Publié le , mis à jour
À son sujet, on peut évoquer «l’ascension de l’Assomption» puisque chaque année pour le 15 août, ils sont plusieurs dizaines de pilotes à se mesurer pour monter le plus rapidement possible la pente à 7 % et son kilomètre et demi de lacets dominant la cité médiévale. (…)  La 26e course de côte de Saint-Antonin a une nouvelle fois tenu toutes ses promesses avec 68 pilotes au départ. Christian Petiot, président de l’association «Course de Côte de Saint-Antonin-Noble-Val» et cheville ouvrière de cette manifestation populaire (organisée avec l’Asa Ingres), se disait satisfait hier soir : une météo agréable, «sans pluie ce qui a permis à tous les concurrents de bénéficier des mêmes conditions car il est déjà arrivé qu’il pleuve en haut et pas en bas ou que la route sèche entre le passage des concurrents». (…)
Satisfaction également côté affluence puisque plus d’un millier de spectateurs ont acquitté leur droit d’entrée. «La séance de drift avant la course a beaucoup plu», précisait également M. Petiot . Pour rappel, le drift est une technique de pilotage consistant à faire glisser la voiture en dérapage contrôlé. Le public a notamment vu à l’œuvre Jérémy Germain, originaire de Vaissac et résidant à Albias, spécialiste du drift au volant de sa BMW à moteur V8 de 6 litres développant plus de 500 CV.Le public a également apprécié la montée de belles anciennes, démontrant au passage qu’elles n’avaient rien perdu de leur punch…

Pour les amateurs, une vidéo est proposée ici https://www.rallyego.com/videos-course-de-cote-de-saint-antonin-noble-val-2019/

Vidéo Course de Côte de Saint-Antonin-Noble-Val 2019