A propos de la voiture dans Saint-Antonin : à quand des mesures à hauteur du problème ?

Une étude publiée ici :  https://theconversation.com/ecologie-positive-ou-punitive-les-francais-ont-depasse-le-clivage-132283 par PatricAdjoint à la directrice exécutive de la prospective et de la recherche, Ademe (Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie) montre que le rapport à la voiture est de plus en plus un problème.

Extrait de l’article:  « Plus de 5 personnes sur 10 (55 %) se montrent également en faveur de l’interdiction – toute l’année cette fois-ci – de la circulation des véhicules les plus polluants en fonction de leur vignette Crit’Air, soit 7 points de plus que deux ans plus tôt. »

« Cette tendance – croissante dans le temps – est cohérente, puisque la circulation routière constitue pour près de 7 Français sur 10 la première source de pollution de l’air préoccupante au niveau local (contre 57 % pour l’activité industrielle et 29 % pour l’agriculture). »

« D’autres dispositions volontaristes demeurent très majoritairement acceptées comme la limitation de la vitesse maximale autorisée dans les centres-villes (69 % des personnes interrogées y sont favorables) et l’obligation de livraison des marchandises en ville par des véhicules propres, même si cela pourrait se traduire par une légère augmentation des prix (67 % de réponses favorables à une telle mesure). »

Pour Saint-Antonin, le problème est parfois le même car le rapport entre un urbanisme médiéval de ruelles, de placettes (et de lieux touristiques) avec la voiture et les camionnettes pose problème.  Lors des entretiens et des réunions publiques, il est souvent demandé une limitation de vitesse à 30 sur les boulevards (avec des ralentisseurs comme sur la route de Caylus), la création de parkings périphériques avec liaisons vers la vieille ville plutôt que de squatter le moindre espace disponible et enfin une approche sur le problème des camions de livraisons qui soient entrent dans la ville avec difficulté (pour tout le monde) soit refusent ou ne peuvent pas y entrer au détriment du consommateur.

Aussi l’idée d’une conciergerie qui se travaille au niveau du pays prend tout son sens à Saint-Antonin (comme dans les autres bourgs du secteur). Qu’est-ce qui est demandé : un lieu où les livraisons sont réceptionnées sans que les véhicules entrent en ville et ensuite, une livraison avec des moyens adaptés, doux, sans moteur à explosion. Il existe des tas de formules qui vont du triporteur au véhicule électrique. Ce service pourrait aussi aider les personnes ayant du mal à marcher à se déplacer pour sortir de la ville ou pour aller d’un point éloigné à leur domicile.

Bref une idée à creuser plutôt que de multiplier les parkings même minute qui incitent à entrer en ville avec sa voiture : elle doit rester un moyen de déplacement extra-muros (en attendant que d’autres moyens arrivent et nous soient offerts).

Le 17 août 2019, à la suite de travaux dans le cadre du Pays Midi-Quercy, j’avais fait une lettre et une proposition à M, le maire : Saint-Antonin, ville pilote avec l’appui des services de l’Etat. Sans réponse à ce jour… Sinon, officieusement : « si je touche à la voiture, c’est la révolution« …  Voir le début de cet article du blog pourtant.

cliquez sur le lien pour accéder au document : 

lettre Saint-antonin automobile

 

Could create table version :No database selected