A propos de l’insécurité : une étude pour calmer le jeu et qui fait réfléchir sur le rôle de la police municipale

Police en ville   : privilégier la présence locale et le traitement des petits problèmes quotidiens plutôt que de sortir l’arsenal…

source : https://theconversation.com/linsecurite-un-epouvantail-electoral-a-deminer-132362

Une surenchère sécuritaire

extrait de l’article publié par Directeur de recherche au CNRS (Laboratoire méditerranéen de sociologie), Aix-Marseille Université (AMU)

« Au terme de ce panorama, il apparaît clairement que la prétendue hausse continue de l’insécurité relève davantage du fantasme que de la réalité. C’est la dénonciation des problèmes qui croît sans cesse, et non leur fréquence.

Il apparaît également que les problèmes les plus graves sont aussi les plus rares.

La vie quotidienne est en réalité faite d’agressivité verbale, de petits harcèlements, de petites dégradations, de petits vols, et non de meurtres, de viols ou de vols avec violence. Face à ces infractions du quotidien, souvent répétitives, de nombreux citoyens demeurent mécontents car ils ne trouvent généralement pas ou peu de réponse de la part des services publics de sécurité et de justice.

De fait, le surarmement technique et juridique auquel procèdent les élus nationaux et locaux apparaît décalé par rapport à ce quotidien. Il revient un peu à vouloir « écraser une mouche avec un marteau-pilon » selon l’expression populaire.

La police de proximité serait une solution, mais elle se heurte en France à un blocage de type idéologique qui a d’abord affecté les forces de l’Etat (police et gendarmerie nationales) et qui affecte désormais aussi les polices municipales dont l’augmentation continue des effectifs va de pair avec une volonté d’imiter les forces nationales et donc de délaisser à leur tour le traitement des petits problèmes du quotidien. C’est pourtant là que devrait se situer le débat le plus opportun à l’échelle municipale.

Version intégrale de l’article : ici  https://theconversation.com/linsecurite-un-epouvantail-electoral-a-deminer-132362

Étiquettes: