Place des Moines : tentative de synthèse et introduction au cahier des charges

Le feuilleton « place des Moines » est loin d’être terminé. Après le rejet quasi unanime du projet initial, la commission extramunicipale a travaillé et proposé un cahier des charges aux élus pour qu’il soit transmis à qui de droit.

On peut être ou pas d’accord sur certains détails, mais le fait est qu’un document a été écrit, discuté et adopté. J’ai fait remarquer qu’il manquait une introduction fédératrice et on m’a dit : écris-la… La voici donc : je ne sais pas si elle sera adoptée ou pas : mais elle résume ce  qu’est la place, ce que nous attendons d’un projet à construire (en espérant être associé à cette construction).

DP

Cahier des charges Place des Moines ; introduction

Entrez Place des Moines : être au vert, être ouvert, être hors du temps, être dans le temps

Alors que la place de la Halle est une centralité qui conjugue « grand » patrimoine (la maison romane), l’animation festive, le commerce, la foule, la place des Moines joue un tout autre rôle que les aménagements doivent conforter – elle a un rôle majeur dans la structuration urbaine – en conservant sa différence : tout à la fois place et jardin public, espace patrimonial et espace nature, espace tourné vers lui-même et vers l’extérieur…

A la verticale : c’est un mille-feuilles où les strates du temps s’empilent  (en attendant les fouilles) haut-moyen âge, période abbatiale, cimetière communal, promenade, thermalisme…

Comment faire apparaître ces strates qui sont une partie de l’histoire de la ville ?

 

A l’horizontale : c’est aussi un lieu géographique au rôle particulier :

A la différence du centre, très animé, on est ici hors du temps

A la différence du centre, la ville ici est en relation avec l’Aveyron : c’est un « front de rivière » comme il y a des fronts de mer où on peut s’approcher de l’eau ou la voir d’en haut..

C’est une « enseigne » : elle est faite pour être vue d’en face comme cela était du temps du chemin de fer… Voir et être vu...

Nos attentes : mélanger toutes ces fonctions : se mettre au vert, se mettre à l’eau, voir et être vu.

> Concilier espace vert (se mettre en retrait de l’agitation)  et espace ouvert (jouer, faire la fête, s’insérer dans le paysage du miroir d’eau et du Roc d’Anglars). Les préconisations dégagées du travail participatif permettent de concrétiser cette union.

> Un espace patrimonial avec quelques repères qu’il faut faire parler : à terme, le produit des fouilles archéologiques, et aujourd’hui le temps des thermes : les grands bâtiments qui bordent la place : établissement thermal, hôtel et le lieu le plus emblématique (à restaurer): l’escalier, la balustrade et dans les « bras » de l’escalier, un micro-espace : la grille d’arrière plan,  le retour d’une fontaine de type buvette (même s’il n’y a pas d’eau de Salet) ; quelques mètres carrés qui seront comme un témoignage historique.

> Mettre en valeur la place en incluant son environnement immédiat :

<< réclamer une zone 10 ou 15 (km/H) pour calmer la circulation Bd de la Condamine,  des Thermes (et ponts inclus)

<< utiliser la ruelle (en invitant le promeneur) qui descend à l’Aveyron pour ouvrir la promenade qui va du boulevard vers le bord de l’eau, puis vers la Bonnette et la passerelle menant les piétons à Roumégous.

<< valoriser le miroir d’eau pour des utilisations nautiques douces.

Les choix d’aménagement doivent permettre de réaliser ces objectifs et les détails sont à préciser, à calibrer pour y parvenir. Ensuite, il s’agira de déterminer comment est géré cet espace, les équipements projetés, les évolutions nécessaires puisqu’une place est forcément un espace vivant.

La place des Moines s’inscrit dans la charte Cittaslow, signée par la ville de Saint-Antonin-Noble-Va, les aménagements respectent les exigences de cette charte. Elle peut être un emblème de cet engagement.


Et  comme j’avais tant plaidé pour la balustrade, comme un marqueur historique et d’un certain art de vivre, voici un tableau exposé au musée de Bucarest (je ne me souviens plus du nom du peintre).