Une place des Moines pour tous, un bien commun : comment faire ?

S’il y a bien un morceau de la ville qui entre dans la catégorie des communs, c’est bien la place.

Bien commun ?

Comme toutes les rues, toutes les places… Cette de la Halle n’est plus tellement un commun :  la surface qui pourrait être qualifiée de « commune » se rétrécit. Mais place des Moines, l’enjeu est différent car cet espace neutre a besoin d’être « redéfini », « équipé », « animé » au profit de tous. Cela semble une banalité mais parfois il  faut rappeler ces banalités.

Une gestion pour tous par tous…

Ce mot de « commun » qui s’appliquait autrefois à des espaces ruraux (le pré…) avant leur privatisation et leur clôture, revient en force depuis des années et entre dans le domaine de l’urbanisme.

Les expériences qui se multiplient en France touchent à l’espace public et aussi, nouveauté, à la reconquête des centres villes, avec par exemple, la remise en état et en activité des friches commerciales en rez-de-chaussée que des collectifs arrivent à faire revivre avec des activités socialement utiles : magasins de proximité et de vie quotidienne, services publics…

Pour la Place des Moines, précisément, une fois que la commission extra-municipale aura abouti à un projet consensuel, défini le plus largement possible par les habitants, on pourrait se pencher sur la gestion de la place : peut-être qu’une Association de la place pourrait se voir confier la prise en compte de la vie sur place : plantations, mobilier urbain, animation (eau, kiosque-buvette, jeux d’enfants, manège, Guignol (de temps en temps), jeu de boules,  accueil des associations de la ville (bref tout ce qui a été dit le 11 juillet à la première réunion de la commission)… entretien d’aujourd’hui et projets pour demain (peut-être les fouilles archéologiques) …

Ainsi, la place serait toujours à tous pour tous… Un contrat entre la municipalité et l’association pourrait être passé, fondé sur des valeurs et des objectifs partagés. Elle pourrait ainsi devenir attractive autant pour les touristes que pour les habitants. Pour avancer sur ce projet, je suggérerai une fois de plus qu’on se rapproche du réseau international cittaslow pour voir si dans les 5 continents cette façon de faire a trouvé des supporters…

 

Could create table version :No database selected